Shyvs, homme transgenre et artiste-peintre : portrait d’un passionné ?

D’aussi loin que remonte sa mémoire, Shyvs a toujours dessiné. Dès l’âge de deux ans, on pouvait l’occuper simplement en lui laissant une feuille, de quoi s’exprimer. Dès son enfance, lors des sorties en famille, il apportait toujours du matériel à dessin, mettant la pause déjeuner à profit pour immortaliser la journée. Pendant toute sa scolarité, comme bon nombre d’artistes, il dessinait dans les marges de son cahier : c’était ainsi qu’il parvenait à s’évader, se servant de son art comme d’un exutoire. Vital, lorsqu’on a besoin d’exprimer une réalité qui ne correspond pas à celle qu’on nous impose.

Désormais, après quinze ans de dessin (en loisir) et une année dans une école d’art, il est artiste-peintre.

Autoportrait de l'artiste

Autoportrait de l’artiste

D’un point de vue artistique, il ne souhaite pas s’arrêter à un style ; même s’il a l’habitude de l’acrylique sur toile, il aime aussi travailler sur de plus grands formats.

« Mes sujets préférés, quand je ne pars pas sur de l’abstrait, sont les animaux et les gentes, le visage et les attitudes ; j’aime les jeux de lumière sur la peau et les expressions. J’aime bien aussi travailler à la demande, en essayant de comprendre ce qui est attendu et dialoguant avec le/la demandant·e. Quand je dessine en musique, je ne vois pas le temps passer, je peux oublier que j’ai faim. »

L’enjeu pour lui, dit-il, est alors de ne pas tremper son pinceau dans le café ! Débordant d’idées, il peut commencer trois toiles en même temps. Travaillant plutôt vite et par impulsion créative, il peut également avoir besoin de « digérer » une toile, de la voir inachevée pendant un certain temps avant de pouvoir poser la touche finale.

Nice wolf, 2015

Nice wolf, 2015, acrylique sur papier cartonné

« J’ai une conception de la beauté qui n’est pas forcément la plus commune. Je ne suis pas du tout attaché aux standards et je ne suis pas non plus très paillette. Je vais voir de la beauté dans un visage ravagé par les années qui va accrocher la lumière d’une manière particulière, ou dans une araignée qui tisse sa toile. Pour un peu je pense que tout ou presque peut être « beau »… ou bien que « beau » ne veut rien dire. »

Avec sa transition, Shyvs est désormais plus épanoui, et prend conscience de sa légitimité à la parole. Il continue de peindre, espérant transmettre ainsi des messages, des émotions, telle que sa colère contre une société trop normée et trop intolérante. Ses œuvres ont été exposées à l’Expotrans, lors du Festival des Cultures LGBT, et plusieurs ont déjà été vendues grâce à une communication se basant essentiellement sur du bouche-à-oreille.

Il espère pouvoir vivre un jour de son art, et c’est pour cela que je souhaite l’encourager et le faire connaître. Pour avoir un aperçu de ses œuvres et pour le contacter (que ce soit pour passer commande ou pour acheter une toile existante), vous pouvez passer par sa page Facebook.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s